Ouais, j'ai remis ça. Même pas peur. J'ai mis du verni à ongles. Dis comme ça, ça n'a l'air de rien. Et pourtant, si vous vous souvenez, je suis une quiche ongulaire Label Rouge (comme les poulets de Loué). Si vous ne vous ne souvenez pas, la preuve ici.

Bref, les ongles et moi ça fait deux. Ca fait même plus que ça hein, puisque moi, je suis un et que mes ongles sont dix. On pourrait donc dire que la manucure et moi ça fait 11. Ah ouais, quand même.

Pourtant, ça n'a pas l'air sorcier vu de loin : des tas de demoiselles innondent chaque jour la blogo de jolies couleurs ongulaires, de motifs tous mimis et d'effets super waouh. Alors, comment ça se fait que moi, j'y arrive pas euh ?

Comme un général préparant ses troupes pour la bataille, j'ai analysé mes erreurs. Soyons honnêtes, il y en avait tellement qu'au bout d'un moment, j'ai arrêter d'en dresser la liste et j'ai décidé de faire au feeling. En plus, trop réfléchir m'empêchait de me concentrer sur la comédie romantique que j'étais en train de regarder, affaléesur mon canap.

 

J'ai décidé de faire simple avec un petit vernis beige rosé à 3 francs 6 sous (miss helen) et, surtout mes deux nouveaux amis : mon repousse cuticules en buis et mon top coat matifiant CCB. Ca n'a pas l'air comme ça, mais la découverte de ces deux petits accessoires a changé la vie de mes ongles. Non je n'exagère pas.

 

Au final, je trouve ça carrément plus réussi que la dernière fois. Je me suis même sentie pousser des ailes et j'ai fait une petite bordure french en top coat pailletté. A main levé. Oui mesdames.

P1000500 P1000502

Bon, j'ai tenu les doigts en l'air le temps que ça sèche assez pour prendre les photos... Trois minutes après les clichés, j'ai éclaté un ongle en allant pisser, un autre en allumant ma cigarette et un troisième en carressant la Bestiole Adorée.

On fait qu'on peut hein.