Je ne sais pas si la vie est une boîte de chocolats, (j'aurais tendance à penser que non car, si tel était le cas, nous aurions tous le tour de taille d'Américains candidats au diabète) en tout cas, l'ami Forest Gump avait raison sur deux points :

* Courir très vite, dans la vie, ça peut toujours servir (bah oui, comment tu fais sinon le jour où un insecte mutant et radioactif te court après ? Et beh t'es mort. Comme un con. Tous les fans de films d'horreur de seconde zone savent ça).

* On ne sait jamais ce qui nous attend dans la vie (cqfd la boîte de chocolats).

 

Y a trois mois, on ne pouvait pas dire que j'allait super bien...

Euphémisme quand tu nous tiens.

Pour être honnête, j'ai fait une exploration approfondie des abysses; là où les poissons ont des petites loupiotes sur la tête pour y voir. Sauf que moi, j'avais oublié ma lampe de poche alors je suis restée un petit moment à patauger dans le noir en cherchant la sortie. Faut dire qu'un panneau lumineux "EXIT" comme dans les cinemas, ça aurait pas été du luxe. Moi j'dis ça, j'dis rien.

Bref, j'ai galéré, j'ai pas mal chialé, j'ai maigri (enfin un truc chouette), j'ai grossis (et meeeeerde), j'ai déprimé. Dans la confusion du moment je me suis même remise avec le Sicilien (encore !!) qui était revenu en me disant qu'il était désolé et qu'il m'aimait (encore !!!!).

Et puis un jour, il a dû y avoir une vague de fond, un tsunami ou une erruption volcanique sous-marine parce que les abysses m'ont recraché.

 

Je vous propose d'arrêter là la métaphore sous-marine car, ce qui me parraissait être une idée sympa est en train de se transformer en cauchemar stylistique. Ca fait trop longtemps que je me suis barrée de mon blog, je manque de pratique. On dirait un gamin de deux ans qui vient d'apprendre à marche qui essaie de s'attaquer direct au 100m haies.

 

Donc avec des mots normaux et sans mal de tête (abysses, ça s'écrit bien comme ça au moins ?), j'ai arrêter de broyer du noir et j'ai décidé d'arrêter mes conneries. (Une ovation pour la prise de conscience, une!)

J'ai quitté le Sicilien qui ne me rendrait jamais heureuse (oui, je comprend vite mais faut m'expliquer longtemps). J'ai accepté un nouveau boulot de vendeuse en CDI à plein temps. J'ai retrouvé le sourire.

...

Et, comme la vie est une boîte de chocolats, deux semaines après j'ai rencontré un mec super et je viens d'avoir une offre d'emploi défiant toute concurrence. Du coup, mon sourire et moi, on démissionne pour gagner plus en travaillant moins.

 

Comme quoi oui, la roue tourne. Mais si j'avais appelé mon article comme ça, ça aurait fait un peu trop "Le Juste Prix".

 

Un petit coucou à mon pote Jacky, compagnon d'infortune dont le physique gagne à vivre dans le noir.