Comme un peu tout le monde, j'ai une famille. Ouais, un arbre généalogique à base de cousins, tontons, tatas et grand parents. Et, comme un peu tout le monde, j'ai parfois l'occasion de me rendre que, décidément... on ne choisit pas sa famille.

Ouais, parce que du côté de ma mère, j'peux te dire que si j'avais dû choisir j'en aurais volontiers échanger quelquuns. Ou même je les aurais donné. Ou même jeté. Sans prime à la casse. Toute façon, y a rien à en tirer.

C'est pas gentil mais j'ai les nerfs. Donc je me suis auto-dispensée de gentillesse et de charité chrétienne (en même temps, je ne vais jamais à la messe alors, la charité chrétienne, c'est pas ma spécialité).

J'vous explique. Dans la dynamique familiale sus-mentionnée, il y a une mamie. Même que c'est la mienne et que c'est la plus gentille mamie du monde entier. Ouais. Mais je ne vais pas vous raconter tous les supers souvenirs que j'ai avec elle parce que ça risquerait de me faire passer en phase mélancolique et que, pour écrire cet article, j'ai besoin de rester en phase énervée. Donc, sachez juste que ma mamie est super et que je l'aime très fort.

Malheureusement, depuis quelques semaines, ma mamie ne va pas bien du tout. Elle est très faible, ne peut plus manger, a des difficultés respiratoires. Elle aurait visiblement un cancer des glandes lymphatiques, plus des ganglions un peu partout dans le corps, plus une hernie hiétale. Ouais, ça fait beaucoup. Autant vous dire qu'avec ma maman, ça fait quelques semaines qu'on ne dort pas très bien la nuit à cause de l'inquiétude et de la peine que ça nous cause.

 Mais bon, ma mamie, elle est suivie par un docteur et puis mon papy est avec elle et il s'en occupe bien. Même qu'il s'est mis à la vaisselle et au ménage parce qu'elle a besoin de se reposer 20h sur 24 et qu'il en est tout fier. (C'est mignooooon lol)

Bref, je vais netrer dans le vif du sujet parce que sinon, je serais encore en train de taper sur mon clavier ce soir.

 

Ce matin, j'arrive chez ma maman et je la trouve effondrée. En pleine crise de stress, inquiétude à son niveau maximal. La raison ? Depuis hier soir, elle, son frère et un de mes cousins se sont envoyés pas loin de 30 mails pour discuter de la situation de ma grand mère.

Le cousin et le tonton proposent de faire jouer une vague connaissance pour faire admettre ma mamie aux urgences de l'hôpital puisqu'elle est faible et qu'ils ont peur qu'elle ne tienne pas le coup les prochains jours (elle a une hospitalisation prévue lundi). Ils ont peur aussi que mon papy n'arrive pas à s'en occuper correctement, qu'il se fatigue trop et qu'il ne soit pas capable de gérer la situation si l'état de ma mamie se dégrade.

Vu comme ça, ça a l'air plein d'amour familial et de bons sentiments sauf que...

Y a quelque chose qu'a écrit mon cousin qui m'a faite bondir : "c'est à toi (ma mère) et à papa (son frère) de prendre la décision de ce qu'il y a de mieux à faire. Après, vous pouvez compter sur moi pour convaincre papy et mamie même si ça ne sera pas facile".

Et là, je dis : pardoooooooon ?

Mais il n'y a rien à convaincre les gens ! Vous vous prenez pour qui du haut de vos 40 ans et 60 ans pour décider à la place de mes grands parents de ce qu'il faut faire ??? Vous vivez avec eux ? Vous êtes médecins ?

Ce n'est pas l'idée qui me gêne; c'est le fait qu'ils ne compte pas PROPOSER cette solution à mes grands parents, ils comptent DECIDER pour eux et leur IMPOSER. Et ça, je trouve ça moche.

C'est pas parce que tu as passé les 80 ans que tu es gâteux. C'est pas parce que tu as passé les 80 ans que tu n'es pas capable de prendre une décision réfléchie concernant ta santé ou celle de ta femme. C'est pas parce que tu as passé les 80 ans que tu ne vas pas te rendre compte de ta capacité à t'occuper de ta femme ou pas.

Non parce que sinon, on a qu'à mettre tous les vieux sous tutelle à 78 ans. Comme ça, pas de souci, on ne s'emmerde même pas à savoir si les vieux en question ont toujours eu toute leur tête ou pas. On choisi pour eux puisqu'après tout : nous on est jeune donc nous on sait.

Mes grands parents ne sont pas gagas. Ils sont fatigués par l'âge, ma grand mère est affaiblie mais ils ont le cerveau bien en place et les cellules grises en parfait état de marche. Ils sont capables d'ouvrir la bouche pour dire ce qu'ils veulent faire ou pas. Ils sont capables d'en discuter entre eux et de décider eux mêmes du comportement à adopter face à cette situation.

Ma mère se sentait mal, elle ne voulait rien imposer à ses parents, elle trouvait ça déplacé et inutile. Toute cette "théorie du complot" nous a donné la nausée. 30 mails pour s'organiser, se branler le cerveau, se casser le moral les uns les autres, pour prendre une décision qui n'est pas de leur ressort...

Ca m'a dégoûtée tiens. Alors j'ai fais la seule chose que je voyais à faire : j'ai appelé mon papy et je lui ai demandé si ça le soulagerait qu'on arrive à faire hospitaliser mamie dès maintenant. Réponse sans appel : non merci, elle est bien suivie et tout va le mieux possible.

Voilà, faut croire que, quand les intéressés ont passé les 80 ans, c'est plus simple de se monter le citron que de poser directement la question aux personnes concernées.

 

Pourtant, à leur âge, ils ont bien gagné le droit de mener leur vie comme ils l'entendent, non ?

C'est pas parce que t'es vieux que t'es gâteux !

panneau-personnes-agees