Bon, on va commencer par la platitude du jour hein; comme ça, ce sera fait : être en couple, c'est pas de la tarte. Ça ne l'a jamais été.

Je ne sais pas si c'est parce que les femmes viennent de Vénus et les hommes de Mars mais je doute fort que le système solaire se soit incrusté dans l'affaire. Non, c'est juste que le couple, c'est l'art de se poser à 2 les questions qu'on avait pas tout seul (après la platitude, le dicton pourri. C'est cadeau).

Pour ma part, le plus compliqué dans la gestion couplale (mot dérivé de "couple". Inventé par moi. Ouais), c'est la confiance.

Parce que son caractère non-romantique, sa fâcheuse propension à la mauvaise foie et son insensibilité chronique, je gère. Par contre, j'ai plus de mal avec l'estime de moi et donc, par extension, avec la confiance en lui et donc, par extension, avec la sérénité dans mon couple.

Si on enlève les extensions et que j'essaie de faire une phrase compréhensible, ça veut dire que je suis jalouse et anxieuse. Tout simplement. Ouais, tout ça pour ça.

Bon, je ne désespère pas hein. Djà parce que je suis peut-être récupérable. Bah oui, le jour où j'aurai plus confiance en moi, j'aurai moins peur qu'on me quitte ou qu'on me trompe, non ? (Si vous pouviez répondre "Ouiiiiiii" toutes en coeur, ça me rassurerait. Merci d'avance gentilles lectrices).

Et puis, la jalousie, ce n'est pas un problème de société tout neuf hein. Ça ne date pas d'hier.

Bah oui, demandez un peu à Mémé Jocelyne si elle n'a pas serré les fesses quand Papé Raymond sortait au ciné avec des copains alors qu'elle était obligée de rester vierge jusqu'au mariage.

Demandez un peu à Tata Thérèse si elle n'a pas fouillé les poches de Tonton Jacky quand il rentrait d'une réunion de boulot tardive.

Mais, dans le couple nouvelle génération, a déboulé un nouveau fléau pour les jalouses de tout poil : Internet.

infidélité internet

 

Bah oui, Internet, c'est la mondialisation de la tentation sexuelle, la légalisation de l'infidélité virtuelle, l'abolition des frontières de la monogamie. Internet a ammené de nouvelles questions dans les couples et de nouvelles anxiétés pour les jalouses.

 

Tout le monde connaît la fameuse et épineuse question "Est-ce qu'embrasser, c'est tromper ?" (la version moins soft demande si sucer, c'est tromper. Mais je ne pense pas qu'un seul homme réponde "non" à ça. A part peut-être celui qui a la kékette à l'air à proximité de votre bouche. Donc, sucer c'est tromper. Question existencielle résolue.)

Avec l'intronisation de l'Internet mondial dans nos vies, va falloir se poser de nouvelles questions et poser de nouvelles limites.

-Les sites pornos, faut-il accepter ou pas ?
- A quelle fréquence ?
- Les tchats, est-ce que je tolère ?
- et si c'est du tchat "sexy" ? (façon élégante de dire "de cul". Ça ne me ressemble pas d'être élégante sur ces sujets là, je m'épate)
- Et si c'est du tchat sexy mais qu'il n'y a jamais de rencontre IRL ?
- Et si il y a proposition de rencontre mais non concrétisée ?
- Et si ce sont des échanges virtuels avec une professionnelle (coooon ça, c'est vraiment la tristesse comme boulot. J'te raconte pas comme ça doit te dégoûter de l'espèce humaine).
- etc, etc, etc...

 

Ouais, ça a l'air prise de tête. D'ailleurs, ça l'est. Mais, avec Internet, le sexe se dissout dans les ondes et l'infidélité se virtualise. Les limites de ce que l'on accepte ou pas ont tendance à s'effacer. Et la part consciente de nos hommes a tendance à s'ammenuiser. Il est parfois difficile de se rendre compte qu'il y a de vraies personnes de l'autre côté de l'écran et qu'Internet n'est pas un monde à part, un univers parallèle. Où alors, ils s'en rendent parfaitement compte mais ça leur fait une excuse toute trouvée.

 

Donc, tu te prends la tête. Et tu doutes. Surtout quand, comme moi, tu a déjà été obligée de te poser quelques unes de ces questions à cause de certains agissements du Sicilien. Et, bien que ces agissements n'aient pas été réitérés (que je sache...), la confiance en prend quand même un coup. Paf, dans ta face ! Et là, ce n'est pas virtuel bien sûr.

 

Alors, où sont les nouvelles limites ? J'ai certaines réponses mais encore quelques doutes aussi... En attendant, je consulte attentivement l'historique de notre ordinateur. Sans trop savoir ce que je ferai si je trouvais "quelque chose".

 

Pffff ce serait tellement plus simple d'avoir confiance en lui et surtout en moi...

Je suis sûre que Tata Thérèse se disait la même chose en retournant les poches du futal de Tonton Jacky.