En tant que chômeuse moderne, je m'en suis allée m'inscrire chez Pôle. Comme la plupart des jeunes d'aujourd'hui, ce n'est pas la première fois qu'on se rencontre tous les deux. Bon, on a jamais été franchement intimes, ça s'apparentait plus à l'ami d'ami, que tu vois parfois à des soirées mais que tu ne salues pas quand tu le croises dans la rue (Bah oui, passé "Salut, comment ça va ?", la conversation s'annoncerait plus étriquée qu'un string de Paris Hilton).

Bref, Pôle et moi, on se connaissait déjà vaguement mais on avait jamais trop accroché.

Pourtant, cette fois, j'étais motivée. J'avais envie que Pôle et moi, on devienne amis. Je nous imaginais déjà cheminant côte à côte, nous soutenant mutuellement sur les périlleux chemins de la Vie. Ouais, rien que ça. Faut dire que j'ai de grands projets ces derniers temps et que je comptais un peu sur Pôle pour me filer un coup de main. Du coup, il fallait que je fasse une bonne première impression.

ACTE I. Le coup de fil.

Lorsque j'ai reçu ma convocation à mon rendez-vous, j'ai pris ma plus jolie voix douce-agréable-rassurante-limite-téléphone-rose et j'ai appelé le 3949 pour faire un point sur les documents à apporter lors dudit RDV.

Prévoyante la fille.

Bon, j'avoue que je n'avais pas prévu qu'il me faudrait patienter 23 min au bout du fil pour réussir à joindre une conseillère.

Je n'avais pas non plus prévu que le numéro des pauvres chômeurs de France serait surtaxé. Ma voix douce-agréable-rassurante-limite-téléphone-rose en avait pris un coup (elle devait penser à l'incidence des 23 min d'attente surtaxées sur mon découvert).

Mais je me suis reprise lorsqu'une pauvre hôtesse téléphonique manifestement au bout du rouleau a enfin daigné me répondre. Je préférais ne pas la braquer, manquerait plus qu'elle me raccroche au nez et que je doive recommencer... Fort potentiel de suicide sur fond de musique d'attente. J'ai fini par avoir la liste de la multitude de documents à avoir impérativement pour faire bonne impression chez Pôle. Après, j'ai raccroché et j'ai eu mal à la tête.

ACTE II. Le rendez-vous.

Bon, pour être honnête, je crois que j'ai eu un rdv de consolation. Vous savez, comme quand tu perds une compétition quand tu es gamin et qu'on te file une médaille en chocolat : ça ressemble à la vraie, tu t'es cassé le cul pour avoir la vraie mais c'est PAS la vraie. Bah là, c'est pareil.

J'ai été reçue par une gentille demoiselle souriante qui m'a expliqué que ça allait durer grosso merdo 45 min à 1h. Le but étant de tout m'expliquer pour que je me sente rassurée en la quittant. Moi, j'ai trouvé ça chouette.

Nan, parce que rassurer les chômeurs, mine de rien, ça pourrait peut être contribuer à faire du monde un endroit plus agréable pour tous (ce n'est qu'une petite suggestion personnelle pour la paix en France).

Malheureusement, au bout de 5 min d'entretien, ma gentille demoiselle a dû recevoir des incations dans l'oreillette "Jeanette, arrête de suite de proposer à Mlle Chelsea un rdv 4 étoiles ! On en a plus en stock; je répète, ON EN A PLUS EN STOCK ! Arrête tes conneries, on en a déjà fait toute la matinée ! Si tu continues comme ça, ça va prendre 3 plombes et on sera jamais dehors à 16h30 ! Jeanette, tu me reçois ???? Jeanette !!!!!!".

Il s'avère que le monsieur dans l'oreillette devait être convaincant car, 15 min plus tard, j'étais dehors. Ouais, 20 au lieu d'1h et j'avais tout bien RIEN compris, merci beaucoup.

Ce que j'en retiens ?

- Ne vous faites pas chier à mener tous les documents demandés, à moi, ils ne m'ont servi à rien. Par contre ammenez ceux qu'on ne vous demande pas, j'ai dû retourner les chercher.

- Ne demandez pas combien de temps vous allez toucher vos allocs, ni combien vous toucherez. Sauf si vous avez besoin d'une magnifique démonstration d'éludation de question. A recommander aux futurs commeciaux, ça peut servir.

- Si vous avez complètement décroché de la conversation une fois esquivée votre question sur vos futurs sousous, vous pouvez suivre la conversation qui se détroule dans le box d'à côté. Ouais, les cloisons amovibles servent de paravents mais pas de pare-sons. Edifiant. La dame malgache et son mari yougoslave d'à côté n'ont pas non plus réussi à savoir combien ils allaient toucher.

- Lorsque vous préparez votre fiche de renseignements, ça ne sert à rien de préciser que vous avez une idée de création d'entreprise, ni dans quel domaine. Chez Pôle, ils s'en foutent joyeusement. A se demander d'ailleurs pourquoi il y a une case "Avez-vous un projet de création d'entreprise ? Si oui, dans quel domaine ?" sur ce putain de formulaire.

Moralité, j'vais me débrouiller toute seule pour faire avancer mes projets et trouver des organismes de conseil en création d'entreprise. Parce que Pôle, c'est vraiment pas un mec fiable...   

Popole-Emploi