etre forteDans la vie, il faut être forte. Ca, on te l'explique toute petite. Toi, t'es encore à l'âge où tout se joue autour d'un gâteau dans la cour de récré et où le plus grand drame de ta vie, c'est qu'Emilie La Peste ne t'ai pas invité à son anniversaire. Tu les trouves barbants les vieux (tout être de plus de 11 ans, t'es pas regardante, tu ratisses large) à essayer de t'expliquer la vie. Des chagrins, bien sûr que tu en as déjà, mais ils sont vites balayés par le nouveau vélo de ta voisine ou un petit mot en classe ("Moua je t'aimeu é je ve que tu soi ma chéri. Et toua tu m'aimeu ?"). La vie, à 7 ans, c'est ça.

 

Et puis tu grandis... Et un jour, crac ! Tu te rends compte qu'ils avaient raison tous ces vieux cons (tu as repoussé l'âge d'entrée dans cette catégorie d'ailleurs. Tes 11 ans sont loins).

 

Oui, dans la vie, il faut être forte. Ca ne suffit pas, même. Il faut être en titane. Inusable, comme le cul des poêles TEFAL de ma maman. Il faut tomber et se relever, jour après jour. Et encore, tu n'arriveras à être homologuée fille forte Label Rouge que si tu arrives à te relever avec le sourire. Tu as laissé la moitié de ta dentition sur le tapis ? C'est pas grave, fille, souris ! T'es forte ou pas ?

 

Moi, j'ai bien appris ma leçon, vous savez. C'est pas que j'en avais super envie hein. Mais c'était la Vie la maîtresse d'école et elle n'est pas avare en punitions. A mon avis, la Vie, elle n'a jamais entendu parler du mouvement anti-fessée vu les mandales qu'elle distribue du haut de sa grande générosité.

 

Donc, j'ai appris. J'ai fait mes classes comme tu les ferai à l'armée, uniforme et rampage dans la gadoue en moins. Et je suis devenue GI Jane. Des fois, j'en suis fière.

 

Mais, des fois, j'en souffre. Les fois où les gens autour de moi me disent "Je ne m'en fais pas pour toi Chelsea, tu es forte, tu t'en sortiras toujours". Moi, je voudrais bien qu'on s'en fasse pour moi, un peu. Parce qu'être une soldate, c'est fatiguant vous savez.

 

Alors, il y a des soirs comme ça où, quand je vais me faire virer, quand le Sicilien m'a raccroché au nez énervé sans que je comprenne bien pourquoi, j'en ai un peu ma claque d'être forte.

 

Ah, elle est belle GI Jane, en boule sur son canap avec sa chienne, de la musique, ses mots et son stylo. Elle se sent triste, elle se sent seule.

 

Ouais, j'suis une warrior. Mais je le serai plus demain, si vous voulez bien.