Attention, attention article estampillé "monde des Bisounours" en approche !

Moi, décembre je kiffe. Parce que décembre c'est Noël et que Noël, je kiffe. Relation de cause à effet imparable. Ne cherchez pas dans ce qui suit l'argumentation en 3 points avec thèse / antithèse / synthès, il n'y en aura pas. Noël, c'est un truc dans le dedans de toi : soit tu l'as, soit tu l'as pas. Et une fois que tu l'as chopé, c'est comme avec la gastro, y a rien à faire; il n'y a qu'à attendre que ça passe. Le mois de Décembre ayant 31 jours, c'est pas pour de suite.

des-arbres-de-Noël-avec-une-boule-1257775655_81

En tant que Noël addict, il y a des trucs que tu fais forcément. (En tout cas, moi je les fais et comme je ne veux pas me sentir seule... Ayez un peu d'indulgence) Voici la liste de quelque TOC homologués pour filles fans de Noël :

1/ Je fais tous les marchés de Noël du coin. Le seul souci, c'est que je vis dans le sud de la France. Chez moi, sauf en période de mistral, l'écharpe est optionnelle et les gants ne sortent jamais du tiroir. Alors les chalets pleins de santons au milieu des gens qui boivent encore leurs verres en terrasse, ça fait un poil irréel. Je rêve de neige et de marchés en Alsace. Mais, du coup, il fera froid et j'ai pas les habits adaptés. Chiotte.

 

2/ J'achète des marrons grillés.  .... Mais j'aime pas ça. C'est pâteux, c'est écoeurant et c'est pire à éplucher qu'une orange avec des gerçures aux doigts. Mais je m'en fous, les marrons ça sent bon et ça se vend dans des petites baraques trop mimis. Et le Sicilien, il les mange. Vive le Sicilien.

 

3/ Je me mets en mode chants de Noël. J'adore ça, ça me met dans l'ambiance. Oui, même un mois et demi à l'avance. Et même si mes chants préférés sont en anglais et que je ne connais pas les paroles. Je trouve que sur "lalalalala", l'idée générale passe très bien. Par contre, je soupçonne certains de mes amis d'avoir envie de me tuer.

 

4/ Je cherche ce que je vais offrir comme cadeaux. Et je trouve de supers idées. Là où ça se corse, c'est que je dois ensuite réussir à convaincre les futurs destinataires que l'objet de leurs rêves, c'est de la daube. Bah oui, j'ai pas envie qu'ils l'achètent avant que je leur offre hein. Du coup je passe un mois à briser des rêves pour en offrir après. Et je pratique même sur les enfants (sous réserve qu'ils ne croient plus au Gros Barbu sinon leurs parents vont me décapiter).

5/ Je fais LA déco. Chez moi, tu te croirais dans un film américain avec une intrigue qui se passe dans la banlieu bourgeoise d'une ville paumée d'un état de seconde zone. Vous voyez le genre. La facture d'électricité est salée, je retrouve des aiguilles de sapin en plastique jusque dans mon string et j'explose allégrement mon quota de bidochon-attitude de l'année. Je m'en fous vu que je vis au milieu de lumières scintillantes (c'est beauuuuuu). Heureusement, je ne suis pas épileptique.

6/ Conséquence logique du point ci-dessus, j'ai un sapin trop magnifique. Comme dans les magasines ou dans les boutiques d'accessoires décoration... ou dans le magazine du magasin suédois. Du coup, je fais les sapins dans les vitrines de quelque commerçants de mon village, celui de ma mère et celui du Sicilien. Je me pencherai bien sur celui de mes grand parents mais ils habitent un peu loin. Je devrais peut-être noter sur mon C.V que je suis douée en sapins.

Bref, Noël, c'est ma fête à moi de mon coeur. Oui, je suis culcul depuis quelque semaines déjà. Mais dans 15 jours, le 24 décembre, tout le monde (ou presque) me rejoindra.

 

Et que la culculterie de Noël s'étende sur le monde !

lbyxu2x9