Dans ma vie il ya un homme. Le Sicilien. C'est mon amour, mon ami, ma force et ma faiblesse.

Le Sicilien, je vous avertis d'entrée, vous allez en bouffer à toutes les sauces. Enfin pas littéralement hein, ça c'est un droit que je me réserve, merci. Il est le centre de ma vie depuis bientôt un an. Ses humeurs conditionnent mes journées, ses reproches sont autant de choses à changer.

Avec le Sicilien, il y a des hauts et des bas. Ces derniers temps, beaucoup de bas... Bref, de prises de tête en désillusions, on ne forme pas vraiment un couple super solide. Mais on a envie de s'en sortir et on essaie... jusqu'au prochain truc qui fait mal. Bon je vous rassure, on en est pas encore à passer à Confessions Intimes en se gueulant des insultes du salon à la cuisine avec un accent du trou du cul du monde à couper au couteau (remarque, nous on a l'accent du sud, c'est pas vraiment la classe à Dallas non plus...).

Et puis je l'aime. Et puis c'est tout.

 

Bref, toute cette intro interminable pour vous planter le décor de la soirée de samedi.

Samedi, le Sicilien passait la soirée avec des amis : tournoi de Playstation et beuverie entre hommes. Dans un couple normal, équilibré et sain (ça existe ???) pas de souci en vue : les soirées séparés, ça permet de respirer et que chacun fasse ce qu'il aime. Mais, vous l'aurez compris, chez moi c'est pas les Bisounours et ma confiance en mon homme est quelque peu écornée...

Donc, j'ai fait ce que n'importe quelle fille normalement constituée aurait fait. Non, je ne me suis pas avachie devant la TV en pyjama avec un quelconque aliment de plus de 3000 calories. Non. J'ai dégainé 2 copines, le-petit-bustier-qui-va-bien et les talons aiguilles. Attaque frontale de la Soirée Fille. Venez, j'vous emmène.

cocktail1

 

 

21h. Je sors du boulot (non, je ne vous dirai pas ce que je fais, j'ai trop peur que quelqu'un passe par là et me reconnaisse). J'envoie un texto au Sicilien qui est avec ses potes - que je ne connais pas - depuis 20h. Pas d'accusé réception. Merde, il est où ? Avec qui ???

 

21h03. J'inspire et j'expire profondément. On s'en fout. Un verre de rosé, une retouche maquillage, j'attrape mon sac. Je pars.

 

21h17. Dans la voiture. Toujours pas d'accusé.

 

 

22h05. Arrivée chez les copines. On se fait des bisous, on se trouve belles, on papote. Re-rosé. Toujours pas d'accusé.

 

22h58. Re texto au Sicilien pour lui annoncer qu'avec les copines, on part boire un verre en ville.

 

23h. Pas d'accusé. Le rosé aidant, ça me saoûle. J'éteins mon téléphone. A con, con et demi.

 

23h07. Je rallume le téléphone. Si jamais le Sicilien appelle pendant une Soirée Fille et que je ne suis pas joignable, ça ne va pas lui plaire. A moi non plus ça ne me plairait pas, dans l'autre sens. Au fait, il ne reçoit toujours pas mes textos. On part en ville.

 

23h22. On arrive dans un bar salsa. On commande des mojitos, on pose les affaires, on commence à se trémousser.

 

23h35. Un mec à l'oeil aviné et aux émanations de transpiration atteignant un seuil critique m'invite à danser. "Non merci, j'ai un Sicilien dans ma vie MOI".

 

23h37. Le mec est collant (au propre comme au figuré vu l'aspect moite de sa chemise. Je ne le aisse pas assez s'approcher pour confirmer, je veux bien m'investir pour vous raconter ensuite mais mon implication ne va pas jusque là). Je sors fumer une clope.

 

23h38. Je regarde mon téléphone. Appel en absence du Sicilien. Je le rappelle, il est bourré et des voix mâles braillent des chansons paillardes à côté de lui. Joie dans mon coeur, il est bien avec ses potes (ok je suis peut être parano mais j'ai mes raisons). Je le rassure sur le fait que c'était pas moi qui était injoignable mais lui qui n'a pas reçu mes textos. Il m'explique qu'il ne capte pas. Je le crois (son téléphone c'est de la caguade finie).

 

23h43. Il a trop bu, mes explications de réseau et autres accusés réception, il n'y comprend que dalle. Je rigole et retourne me dandiner avec le sourire.

 

00h04. Enfin les accusés de réception ! Moment de "nananère" intérieur, comme ça il voit bien que MOI je l'avais tenu au courant. NA !

 

01h00. Le bar ferme. On retourne chez les copines. Message au répondeur du Sicilien pour le tenir informé.

 

02h45. Après un ou deux verres de rosé, des chips et quelque bâtons de surimi, je pars.

 

02h56. Le Sicilien m'appelle : il est bien rentré, il a trop bu, il ne se sent pas bien, la soirée était pas si géniale, il est au lit et il pense à moi.

 

Et là, dans la voiture, j'ai eu la réaction de toute fille normalement constituée qui a improvisé une Soirée Fille en contre-attaque à une soirée mec : OUAIIIIIIS J'AI GAGNE !!! Dernière couchée, j'ai dansé, j'suis pas trop beurrée et sans envie de gerber : c'est moi qui me suis le plus amusé !

Chelsea : 1, le Sicilien : 0.

 

Ok c'est mesquin. Mais c'est humain et ça fait du bien.