Avec un titre pareil, je risque de m'attirer tous les pervers de Google. Mais comme c'est que mon troisième article et que personne ne me connaît (pour le moment, un jour, je serai calife à la place du calife LOL) je risque pas grand chose.

Mais je m'égare, revenons au sujet.

Ce soir, je suis allée voir Twillight avec une copine.       twilight

Ce film est nul. La définition parfaite de la daube. Faut dire que moi, j'aime les films à base de flingues, d'explosions, de bagnoles et de gens à moitié à poil (hommes ou femmes, j'suis pas regardante). Du coup, j'étais déjà pas bon public à la base. Mais la copine voulait y aller et moi j'adore ma copine. Je sais, devant tant de sacrifice, on devrait me sanctifier (mais que fait le Vatican ?!?).

Donc je me suis emmerdée. Profondément. 2 heures.

J'en ai profité pour essayer de comprendre pourquoi Twillight, en film, j'accroche tellement pas (oui, parce que les livres, j'ai aimé). Et j'ai trouvé !

Ils ont voulu créer un nouveau genre et ils l'ont mal fait. Je m'explique.

Les films d'amour, en général, il y en a deux sortes : les drames et les comédies romantiques.

Dans les drames, tu sais d'entrée que ça pas le faire entre eux. Ils ont beau s'aimer tout plein, trop de choses les séparent. Ils cherchent, ils essaient de s'en sortir mais à chaque fois, crac ! La fatalité leur retombe sur le coin de la tronche. Et toi, tu t'émeus à les regarder s'épuiser à contrer le destin. Tu t'attaches à eux, tu compatis voire même tu verses ta larmounette (et là, je me moque parce que moi je pleure jamais. J'suis trop une warrior en fait). Bref, c'est beau, c'est beauuuuuuuu et tu sais déjà que ça finira mal. Mais ça finira mal avec dignité et ça, c'est toute la force du genre. Re-larmounette.

Dans Twillight y a tout ce qu'il faut : les héros que tout oppose, les épreuves... Mais, à chaque fois, un truc à la con vient leur sauver la mise. Une fois, deux fois, ça va. Mais au bout d'un moment, tu te sens frustrée et tu sens que la tragédie pleine de dignité, tu vas l'avoir dans l'os.

Pffffff voleurs de larmounette.

Dans les comédies romantiques aussi tout les oppose. Sauf que là, on sait que ça va bien finir. Alors quel est l'intéret ? C'est de voir à quel point les deux gugusses vont essayer de s'emmerder la vie l'un l'autre avant de percuter qu'ils s'aiment. Pas de dignité mais de la bonne joke potache. Du coup, tu pleures pas mais tu te marres (ou au moins tu souris, si t'as décidée d'être de mauvaise humeur).

Dans Twillght, cherche pas, de la blagounette y en a pas. Bah non, parce que le vampire couleur lavabo et la Bella ils s'aiiiiiiiiiiiiment. Et ça, visiblement, ça atrophie le sens de l'humour. Alors ils se regardent dans le blanc des yeux, ils s'embrassent et ils se font des serments d'amour.

Pffffff voleurs de rigolade.

 

Bref, Twillight en film, pour moi, c'est du gloubiboulga qui a pas levé. Ou alors j'ai pas su me laisser transcender par l'intensité des sentiments...

Ouais, beh j'vais y penser devant Fast & Furious.